Pourquoi on ne fait pas de soldes ?

Qui dit fin du mois de juin dit début des soldes d’été. En cette occasion spéciale nous avons une grande annonce à vous faire : nous ne faisons toujours pas de soldes. On espère de tout cœur que cela vous fera plaisir ! 

Trêve de plaisanterie, nous avons surtout réalisé que nous n’avions toujours pas pris le temps de vous expliquer avec nos mots les raisons pour lesquelles nous avons pris cet engagement. Pourquoi Atelier Unes ne fait et ne fera jamais de soldes ? On vous répond maintenant. 

Histoire soldes

Source: docu-fiction diffusé sur Arte. Reconstitution du magasin Au Bon Marché

Qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les soldes ?

Il était une fois, en 1830, un Normand qui décidait d’ouvrir une boutique d’étoffe et de confection rue du Bac à Paris. Prénommé Simon Mannoury, il appela sa boutique “Au petit St-Thomas”. 

C’était le début des grands magasins, des “magasins de nouveauté”. 

D’après l’histoire, Simon Mannoury était un créatif. Visionnaire, la légende raconte qu’il est à l’origine de la libre circulation dans les rayons, des prix affichés sur les étiquettes ainsi que de la vente par correspondance. 

Simon Mannoury proposait de nombreuses marchandises sur ses étals, de plus en plus de produits. Malheureusement, certains d’entre eux ne se vendaient pas. Pour contrer les problèmes de stocks invendus, l’entrepreneur eu une idée brillante. Liquider les stocks de la saison précédente à prix réduits. Les clients adhérèrent immédiatement à ce nouveau concept ! C’était le début des soldes (“un reste d'étoffe”, “un coupon” en langage populaire de l’époque.)

Ainsi, grâce à la trésorerie récupérée, le magasin pouvait préparer les collections suivantes, réinvestir dans l’entreprise. 

Fin.

 

En d’autres termes, les soldes ont vu le jour par souci économique. À l’origine, il s’agissait surtout d’une concession de la part des enseignes afin d’écouler les stocks. Bien souvent, elles se retrouvaient dans l’obligation de solder leurs produits au coût de revient. Autrement dit, elles ne faisaient aucuns bénéfices ! 

(D’ailleurs, cette histoire ne vous rappelle pas quelque chose ? Zola s’en inspira pour écrire son roman Au bonheur des dames.)

Dès lors, vous vous doutez bien que les boutiques indépendantes ne s’amusaient pas à faire des promotions tout au long de l’année. Les rabais étaient ponctuels. Il faudra attendre 1906 pour qu’ils soient réglementés pour la première fois. Finalement, ce n’est que 90 ans plus tard qu’un décret viendra codifier la durée des ventes ainsi que les obligations des vendeurs. 

Nous voilà donc - presque 200 ans plus tard - à attendre patiemment de pouvoir se ruer vers les vêtements à moindre coût. Après tout, comment résister à cette hystérie collective où les prix bas prévalent sur la qualité ? 

soldes illustration

Les soldes : de la concession à l’opportunité

Bien évidemment, il n’aura pas fallu longtemps avant que des petits malins voient un potentiel économique dans les promos. 

Aujourd’hui en France, les soldes durent officiellement quatre semaines, été comme hiver. Officiellement, puisqu’en effet il existe un paquet d’enseignes qui pratiquent des réductions quelle que soit la période de l’année. 

Bien que ces 4 semaines soient régies par des lois de consommations, en coulisse, les dérives sont nombreuses. À commencer par la surproduction. 

 

Si les déstockages servaient à l’origine à se débarrasser des surplus de collections, désormais les marques de fast-fashion sur-produisent consciemment. Au diable la loi de l’offre et de la demande, l’essentiel est de pouvoir proposer toujours plus d’habits durant la période des soldes. Mieux encore, certains vêtements sont confectionnés dans l’unique but d’être vendu en promo !

Comment être sûr que la clientèle sera au rendez-vous ? Il suffit d’amadouer le consommateur à coup de ventes privées, de petit prix, de remises alléchantes et de réductions à ne surtout pas manquer. 

D’autres vont même jusqu’à tromper leurs clients en gonflant les prix des articles en période de pré-soldes. En février 2017, 19 entreprises dont Amazon, Zalando, Comptoir des Cotonniers ou encore H&M ont été condamnées par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) pour avoir fait de fausses promotions

L’achat compulsif est le meilleur ami des multinationales. Moins vous pensez, mieux c’est. 

Qui n’a jamais acheté un vêtement prêt-à-jeter uniquement parce que le prix était si petit qu’il aurait été indécent de passer à côté d’une telle affaire ? Croyez-nous, cela fait bien longtemps que vous ne faites plus de bonnes affaires lors de vos virées shopping.

Envie de participer à
une mode durable ?

Bonjour, je suis Violette !

Avec l'aide de +60.000 passionnées, nous avons co-créé notre vestiaire éco-responsable pour femme.

Tu veux participer
à notre dernier sondage ?

3 minutes top chrono